Qi Gong et Taï Chi Chuan

Qi Gong signifie travail de l’énergie. Il existe de nombreuses méthodes d’entraînement permettant de développer, de faire circuler, de ressentir le Qi. On associe des postures, des mouvements, des méthodes respiratoires, un état d’esprit particulier, on visualise et on ressent la circulation du Qi.

Selon le but visé on peut différencier :

– le qi gong martial : le but est de renforcer le corps pour endurer les coups, ex : la chemise de fer.

– le qi gong thérapeutique : l’objectif est de prévenir l’apparition des maladies.

– le qi gong religieux : on cherche l’illumination à travers des pratiques ésotériques liés au taoïsme.

En Qi Gong, on emmagasine de l’énergie dans le dan tian inférieur, ou hara chez les japonais, puis on le fait circuler selon différents trajets.

Le Qi Gong est souvent utilisé en complément des autres piliers de la médecine chinoise. Il permet de renforcer le rééquilibrage et de rendre le sujet acteur de son propre bien être.

Taï Chi Chuan

Art martial chinois dont les origines sont sujettes à controverse, le plus souvent connus pour ces mouvements lents et gracieux.

Il s’agit d’un art martial à part entière, c’est à dire un ensemble de mouvements de défense et d’attaque à mains nues et avec des armes traditionnelles.

De ce point de vue, le Taï Chi Chuan est un style de kung-fu comme les autres.

Mais à l’époque moderne, le développement du Taï Chi Chuan est surtout lié à ses bienfaits reconnus sur la santé :

– amélioration de l’équilibre, prévention des chutes chez les personnes âgées

– lutte contre la douleur

– diminution du stress, augmentation de l’attention

– augmentation de la longévité

– etc…